fbpx

Transit intestinal : des actifs pour vous aidez !

CONSEILS TRANSIT

Des actifs naturels pour vous aidez

Lorsque le ralentissement du transit est transitoire comme par exemple en voyage, ou si le médecin a déjà donné des conseils pour limiter le ralentissement du transit, il est tout à fait possible de prendre des actifs naturels pour régulariser son transit.

Les laxatifs de lest

Ils agissent comme les fibres alimentaires.
Peu ou pas digérés, ils augmentent le volume des selles,  leur assurent une hydratation suffisante et réduisent le temps de transit.
Ces fibres exercent d’autres effets favorables pour la santé : réduction de la densité énergétique des aliments (intéressant en cas de régime hypocalorique), diminution du taux de cholestérol LDL, ralentissement de l’absorption des sucres dans l’intestin. Ainsi elles exposent moins à des pics glycémiques postprandiaux et à des pics d’insuline et contribuent à maîtriser le diabète.

Ils sont déconseillés en cas de douleurs abdominales d’origine indéterminée. Leur utilisation doit être prudente chez les personnes alitées car ces laxatifs exposent à un risque d’obstruction de l’intestin.
Chez la personne âgée, il faut s’assurer que  leur utilisation s’accompagne d’une  hydratation suffisante.

Leur délai d’action est de 2 à 3 jours.

Il existe deux sortes de fibres alimentaires.

Les fibres insolubles

Les fibres insolubles dans l’eau, non fermentescibles qui augmentent la teneur en résidus des selles et leur hydratation.

  • C’est le cas du son de blé, des polysaccharides extraits d’algues ou ces algues elles-mêmes (Laminaires, Carragaheen). Attention  à leur teneur en iode. Parmi les gommes utilisables comme laxatifs de lest : gomme karaya, gomme M’Bep, gomme adragante.
    Le son de blé est le laxatif le plus physiologique. La dose utile est de 15 à 20  g par jour. Mais il doit être introduit dans l’alimentation de façon progressive pour éviter des ballonnements. Par exemple 5 g le premier jour (en prenant soin de bien s’hydrater) et augmenter de 5 g tous les cinq jours jusqu’à la dose optimale en répartissant ces apports au cours des 3 repas. Le son de blé est en revanche déconseillé en cas d’intestin irritable.

Les fibres solubles

Les fibres solubles fermentescibles vont augmenter la masse bactérienne éliminée dans les selles et leur hydratation.

  • Ce sont principalement des mucilages comme la gomme guar, des plantes comme la mauve ou la guimauve. Les plus connus de ces mucilages sont ceux des graines : psyllium, ispaghul appelé encore psyllium blond, lin. Ces graines doivent être prises avec suffisamment d’eau pour éviter leur stagnation dans l’œsophage ou une occlusion intestinale.
  • La pectine fait partie des fibres solubles : on en trouve dans la pomme, la figue, le tamarin.
  • Le pruneau contient  à la fois des fibres solubles, des fibres insolubles et du sorbitol. Il peut aider à régulariser le transit mais il est également riche en sucres. Pour se débarrasser des sucres et des acides du pruneau, les inciser jusqu’au noyau et les faire tremper dans de l’eau froide une nuit. Le lendemain, les faire cuire 2 heures dans beaucoup d’eau en changeant l’eau 2 à 3 fois. Consommer 4 à 10 pruneaux à jeun.
  • L’inuline: c’est à la dose de 8 g  par jour qu’elle aide à réguler le transit  chez les personnes qui ont un transit ralenti. Elle a aussi un rôle bifidogène, à savoir qu’elle favorise la croissance de populations de bifidobactéries dans l’intestin (effet prébiotique). Les principales sources d’inuline sont l’ail, l’oignon, l’artichaut, le salsifis, le topinambour, la racine de chicorée, le poireau.

Les laxatifs stimulants

Les laxatifs stimulants sont les produits de choix en cas de constipation occasionnelle comme par exemple en voyage. Ces laxatifs ne sont pas adaptés au ralentissement chronique de la fonction intestinale car ils ne peuvent être pris que sur une courte période et sont déconseillés chez les moins de 12 ans, en cas de grossesse et allaitement.

Ils sont également déconseillés en cas d’occlusion intestinale, de maladie inflammatoire du côlon et de déshydratation. Ils sont à utiliser sur conseil médical chez des personnes prenant des médicaments comme les digitaliques, les diurétiques, ceux qui font diminuer la teneur en potassium dans le sang, la réglisse.

Pris en trop grande quantité, ils provoquent des douleurs abdominales et des diarrhées.

Ces laxatifs dits stimulants ont en commun de contenir des dérivés hydroxyanthracéniques qui stimulent la motricité intestinale et augmentent la teneur en eau des selles. Leur délai d’action est de 8 à 12 h, raison pour laquelle il est conseillé de les prendre le soir.

Quels actifs naturels contiennent des dérivés anthracéniques ? La racine de rhubarbe, l’écorce de cascara, l’écorce de bourdaine, le fruit et la foliole de séné, le suc d’aloès.

Des produits naturels complémentaires :

  • Si le ralentissement du transit est lié à une insuffisance de sécrétion biliaire, elle peut être compensée en prenant des plantes cholagogues (huile d’olive) ou cholérétiques (artichaut, radis noir, romarin, boldo, fumeterre, racine de pissenlit).
  • Si le ralentissement du transit s’accompagne de météorisme abdominal : il est judicieux de faire appel aux plantes carminatives : graines de fenouil, anis vert, aneth, carvi, badiane. Elles aident à évacuer les gaz et limitent leur formation.
  • Les ferments lactiques : une flore intestinale déséquilibrée peut avoir pour conséquence un ralentissement du transit avec des selles malodorantes. Des études cliniques montrent que plusieurs souches de ferments lactiques contribuent à améliorer la consistance des selles et leur  fréquence notamment Bifidobacterium lactis et Lactobacillus casei.
Votre panier
0